Dans l’Ouest, à l’extrême pointe même, il y a Quimper. Là vit un grand incorruptible (passion : révolte ; hobby : rébellion) de la chanson : Olivier Trévidy.

Un de ces artistes qui ne mâchent pas leurs mots, ne les soumettent pas, jamais.

Ancien chauffeur et délégué syndical, il est devenu chanteur après avoir fait son premier album, où il réglait ses comptes avec son DRH. Le Breton insuffle son courant océanique, d’une terre de contrastes et de revendications mais aussi de poésies que l’on retrouve dans ses compositions.

 

Vidéos : https://www.youtube.com/watch?v=7TsFEt7i0fg 

https://www.youtube.com/watch?v=rwVT9NpYpRs 

« Toujours frémissant de quelque colère, il ne vous l’envoie pas dire, Olivier Trévidy. Et ce n’est pas près de s’arrêter. Dans les rues, même plus de pavés, alors ce n’est pas facile de dénicher la plage en dessous. Au super-mag, des steacks à chier, du pain en caoutchouc, du chou formaté à Bruxelles. Et la volaille à plumer, tu découvres que c’est toi. Au boulot, les DRH puisant dans les gisements de ressources humaines, avec leur armée de p’tits chefs, qui font de nous des chiffes molles. Des chiffres mous. Bref, des charters de Pasqua aux karchers de Sarko, va trouver les ressources d’aimer. Le gagnant du ticket à gratter, c’est Roméo, dodo, boulot.

Écoutez bien Trévidy. Quand on a ressassé tout ça. Roulé sa bosse comme lui jusqu’au bout de la route et des syndicats au volant d’un poids lourd, il reste tout de même quelque chose, oublié derrière les poumpapons d’une société folle: « L’amour: Celui dont on parle Avec les yeux qui pétillent Celui que l’on croit Pour toujours pour la vie »!!! »

Bernard Thomas, Ecrivain et Journaliste au Canard Enchaîné (Décédé en 2012)

Site internet : www.trevidy.fr   

Participation libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *