En 2019, le café-culture « AU COIN D’LA RUE » accueille toujours les passionnantes conférences proposées par le capitaine de frégate honoraire et passionné d’histoire JACQUES ARNOL le 2ème samedi de chaque mois à 16h.

Capitaine de Frégate Honoraire, l’auteur se consacre depuis plus de vingt ans à la recherche historique, en particulier sur des Bretonnes, célèbres de leur temps et souvent oubliées aujourd’hui. Conférencier, il a présenté plusieurs de ses personnages dans différents organismes et associations et publié la monographie d’Anne SELLE, institutrice et femme de lettres (1897-1984).

Il est l’auteur d’une biographie d’Augustin MORVAN, célèbre médecin dont le nom a été donné au
Centre Hospitalier de Brest.
Membre de la Société d’Etudes de Brest et du Léon, il publie dans les Cahiers de l’Iroise.
Il est également producteur et présentateur sur Radio Neptune à BREST.
Par ailleurs depuis plus de dix-huit ans il a animé des ateliers de découverte de la musique classique dont ceux de l’Université du Temps Libre de Brest et de Morlaix (U.T.L.). et anime actuellement celui de la Maison de Quartier de Kérinou à Brest.
Poète à ses moments perdus, il a déjà publié six recueils de poèmes et reçu plusieurs Prix.

Conférences du 1er trimestre 2019

– Samedi 12 janvier 2019 :

La vie sentimentale d’Hector Berlioz (1803-1869) compositeur

– Samedi 9 février 2019 :

Artémisia GENTILESCHI (1593-1653) Italienne-Artiste-peintre et féministe

Artemisia Lomi Gentileschi, née le à Rome et morte à Naples vers 1652, est une artiste peintre italienne de l’école caravagesque.

Vivant dans la première moitié du XVIIe siècle, elle reprend de son père Orazio la limpide rigueur du dessin en lui ajoutant une forte accentuation dramatique héritée de l’œuvre du Caravage et chargée d’effets théâtraux, ce qui contribua à la diffusion du caravagisme à Naples, ville dans laquelle elle s’installe en 1630.

Elle devient une peintre de cour à succès, sous le patronage des Médicis et de Charles Ier d’Angleterre.

Remarquablement douée et aujourd’hui considérée comme l’un des premiers peintres baroques, l’un des plus accomplis de sa génération, elle s’impose par son art à une époque où les femmes peintres ne sont pas facilement acceptées. Elle est également l’une des premières femmes à peindre des sujets historiques et religieux. Elle nous a laissé d’elle un autoportrait d’une grande vigueur qui dénote une maîtrise consommée de son art.

On attribue à son viol et au procès humiliant qui s’ensuivit certains traits de son œuvre, l’obscurité et la violence graphique qui s’y déploient, en particulier dans le tableau célèbre qui montre Judith décapitant Holopherne. Ses peintures expriment souvent le point de vue féminin. (Source Wikipedia)

– Samedi 9 mars 2019 :

Dans le cadre du « Printemps des poètes »
Récital des poèmes de Jacques Arnol

Entrée libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *