C’est à partir d’un système îconographique préalable, comme par exemple : des cartes à jouer ou des radiographies que Doudoudidon, par le recouvrement, impose son trait sensible et ses couleurs. Ce recyclage quasi total du support, tel un palimpseste, offre corps à des chimères, des bestioles, et des humains qui se racontent depuis trois ans, mais nés il y a des milliers d’années.
La fulgurance avec laquelle cet artiste fait évoluer son travail est remarquable : du visage au paysage, de l’icône à la restructuration, son empreinte quelquefois ésotérique et le traitement qu’il fait des matières, laissent des traces en plein plexus.
Doudoudidon : la carte à jouer.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *