Louise de KEROUAL (1649-1734) «Une idylle royale»

La famille PENANCOET de KEROUAZLE est une vieille famille occupant le manoir depuis plusieurs siècles, lorsque Louise voit le jour en 1649. Elle a un frère aîné, Sébastien qui deviendra officier de Marine et décédera à 23 ans et une jeune soeur Henriette viendra compléter la famille.
Louise est aussi belle que sa soeur est dépourvu dʼattrait.
Elle reçoit une éducation au couvent de LESNEVEN où une de ses tantes est religieuse.
Le duc de BEAUFORT, Grand-Amiral de France, fréquente sa famille lors dʼun séjour à Brest de 1666 à 1668. Frappé par sa grâce, il la recommande à la duchesse dʼORLEANS (Belle-soeur de Louis XIV). Celle-ci dès la fin de 1668, fait de Louise de Kéroual sa demoiselle dʼHonneur.

Au cours dʼun voyage en Angleterre, elle la présente à son frère Charles II Roi dʼAngleterre (Petit-Fils de Henri IV). Charles II est très attiré par la gente féminine, il en tombe amoureux (Début de cette idylle royale) mais ne réussit pas à la garder près de lui.
Ce nʼest quʼen septembre 1670, sous la pression de Louis XIV que Louise est nommée fille dʼHonneur de la Reine dʼAngleterre et rejoint Londres. Elle a pour «mission» de séduire le roi et de lʼamener à une politique favorable à la France dʼune part, et de le convertir au catholicisme dʼautre part.

portrait de Louise de Keroual Duchess-of-Portsmouth 1675 par Henri-Gascar

En 1671 lors dʼun séjour au château dʼEUSTON, elle devient la maîtresse du Charles II.
Le 29 juillet 1672, elle donne naissance à un fils, tout dʼabord non reconnu par le roi. Néanmoins, Louise devient la favorite et dès 1673, elle est couverte de titres et de biens : duchesse de Portsmouth, baronne de Petersfield et comtesse de Fareham. Son fils reçoit le titre de duc de Richemond.
En décembre 1673, Louis XIV lui attribue les terres dʼAUBIGNY (Cher) et en fait la duchesse dʼAubigny. Elle obtient également le «droit de tabouret» à la Cour de Versailles ( le droit dʼêtre assise en présence du roi).

Sous lʼinfluence de Louise de Keroual, le Roi Charles II dénonce ses alliances avec la Hollande, hostile à la France et coupe les liens avec lʼEspagne. Mais, ce nʼest que sur son lit de mort, en février 1685, que Charles II accepte les derniers sacrements catholiques.
Louise de Keroual, peu appréciée en Angleterre, rentre alors en France où elle se partage entre ses terres dʼAubigny et Paris. Elle effectue également des visites à Brest et fait restaurer son manoir que plus tard elle sera obligée de vendre. Elle décède à PARIS, le 14 novembre 1734.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *